La prise de parole en public

Retour sur le workshop auquel j’ai eu la chance de participer : « Inspirer et convaincre l’audience, la prise de parole dans tous ses aspects ! » animé par Dirk Evenepoel, 2 the Audience pour Paperjam Club le 15 mars 2016.

Le pitch du workshop

« Plus des deux tiers des personnes n’aiment pas parler en public. La plupart des cadres et dirigeants s’attachent à leur expertise technique mais ignorent les autres éléments, souvent plus déterminants comme le non-verbal ou l’interaction avec le public. Comment convaincre et inspirer l’audience, que ce soit en interne ou externe, afin qu’elle se souvienne de vous ? Découvrez par la pratique et des exemples comment faire partie du bon tiers. »

Nuage

« Tout ce qu’il faut retenir »

Ce que j’ai retenu du workshop

Pour placer toutes les chances de notre côté, Dirk propose de suivre la recette suivante :

  • Impliquer suffisamment le public pour capter son attention, pour établir une relation dès le début de l’intervention. Par exemple, en posant des questions directes.
  • Captiver l’auditoire en utilisant le storytelling, les retours d’expérience, le parler vrai. En effet, le public quel qu’il soit sera plus perceptif si vous racontez une histoire de votre vécu (en relation avec le sujet exposé bien sûr ;o))
  • Soigner sa diction :
    • en utilisant les silences au bon moment,
    • en entraînant sa voix : une heure de bouchon = une heure de chant dans sa voiture, à condition de ne pas faire de co-voiturage !!! Cela marche aussi sous la douche mais il faut des voisins compatissants.
    • en établissant une dynamique de la voix : attention à la vitesse d’élocution, au volume et à la tonalité. Au passage, Dirk indique que les tonalités graves (donc masculines) sont mieux perçues que les tonalités aiguës (donc féminines).
  • Répéter, répéter, répéter

Pour la posture, l’expert conseille de :

  • Faire face au public pour garder le contact établi, ce n’est plus le moment de découvrir les slides
  • BOUGER sur scène et utiliser l’espace… cela peut vous permettre de donner du rythme et une certaine dynamique, cependant il faut que cela reste naturel.
  • utiliser les mains et surtout éviter de les laisser dans vos poches
  • Se tenir bien droit et bien centrer : ne pas hésiter à travailler sa posture « debout » : les jambes légèrement écartées, le dos bien droit, la tête bien axée…

Enfin, concernant le contenu et le support de présentation, Dirk nous donne encore quelques règles efficaces :

  • Le support de présentation doit donner envie et ne pas être surchargé : pour cela, il faut travailler le visuel, utiliser l’animation, ne pas se limiter au slide conventionnel (puces/textes)…Comme nous l’avons vu plus haut, il est préférable de démarrer par du storytelling mais il est également possible d’ouvrir sur une citation ou une question adressée au public. Par exemple : « à quoi correspond ce chiffre ? »,
  • La règle des 4 ! Pas plus de 4 points/informations importantes à faire passer, au-delà il y a de fortes chances pour que le public trouve la présentation confuse, voire ne comprenne pas le message,
  • Soignez son ouverture (on l’a dit) mais aussi sa clôture,
  • La pointe d’humour reste la cerise sur le gâteau : à utiliser avec des pincettes, au risque de faire un flop !

Et le stress, me direz-vous ?

Le fameux stress… les jambes qui flagellent, la voix qui se dérobe, les bégaiements qui s’installent, les répétitions et autres tics d’élocution… pas de panique, tout le monde y est sujet, même les orateurs chevronnés !

Dirk relativise : « Dites-vous que tout le monde (ou presque) y est confronté » pour des raisons multiples et variées, notamment selon le vécu de chacun, le contexte de la présentation, le sujet abordé, le public présent …. Comme la pratique d’une langue étrangère ou d’un sport technique, il faut pratiquer un maximum pour acquérir de l’aisance. Vous aurez bien sûr compris que l’on ne se lance pas dans une arène de 500 spectateurs lors d’une conférence comme dans une salle de 10 personnes en plein Comité de direction, que l’on ne présente pas aussi facilement un sujet que l’on ne maîtrise pas encore, que l’on ne pratique pas l’humour comme Gad Elmaleh…

La règle d’or : se lancer en se fixant des objectifs de progressions simples mais atteignables avant chaque représentation ! Pratiquer l’amélioration continue… finalement n’est-il pas encore une fois question d’agilité ?

Mon avis sur le workshop

L’animation était très bonne, tous les trucs et astuces étaient mis en pratique par l’expert… cela faisait une bonne démo live de ce qu’il faut faire ou pas. Le workshop m’a permis de prendre vraiment conscience qu’il faut PREPARER et REPETER un maximum, là où j’ai tendance à faire confiance à mes « talents » d’improvisation…mais aussi qu’il faut oser et se lancer. Merci à Dirk Evenepoel !

À vous de jouer ! Rendez-vous le 23 juin prochain à Kayl pour le premier LuxI/O ou lors d’une de nos prochaines réunions thématiques.

About peggy.tarillon

Mail User
This entry was posted in conférence. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*