La vague Modern Agile

L’origine de la vague

Courant 2016 lors d’une keynote à l’Agile Conference d’Atlanta, Joshua Kerievsky, CEO de Industrial Logic (société californienne de conseil en agilité) a fait découvrir à la communauté sa définition d’une agilité plus « moderne »…une agilité qui promet d’inscrire les résultats dans la durée.

Qu’est-ce que c’est ?

Modern Agile se dit «  ultra light » : ni rôle, ni responsabilité, ni pratique particulière. Joshua Kerievsky fait évoluer le Manifeste originel en  4 principes directeurs traduits littéralement et officiellement comme suit:

Modern Agile Wheel

Joshua Kerievsky indique que ces principes sont déjà utilisés par bon nombre d’entreprises internationales (AirBnB, Amazon, Google, Etsy…) mais qu’il n’est pas nécessaire d’être une entreprise de marque pour tirer profit de la « sagesse » du mouvement.

Que se cache-t-il derrière ces 4 principes ?

Principe 1 : Rendre les gens fantastiques

Icon - Make People Awesome« Rendre les gens fantastiques » est la traduction officielle de « Make people awesome »,  et consiste à concevoir et réaliser des applications dans le but explicite d’y impliquer les utilisateurs. La société de développement devrait ainsi transformer ses activités sur base de ce principe.

Amazon, par exemple, suivait un concept similaire nommé « Customer Obsession » démarré en 1997. Et de son côté, Steve Jobs avait l’habitude de demander à ses collaborateurs : « Quels incroyables bénéfices pouvons-nous offrir à nos clients ? Où pouvons-nous emmener nos clients ? ».

« Rendre les gens fantastiques » suggère que nous nous efforcions à rendre tout le monde  « fantastique » dans notre écosystème, c’est-à-dire d’impliquer tous les acteurs  y compris ceux qui créent, réalisent, utilisent, achètent, vendent ou même financent nos produits ou nos services.  L’objectif est d’obtenir un cercle vertueux de gens fantastiques ;o)

Principe 2 : Faire de la sécurité un prérequis

Icon - Make Safety a PrerequisiteJoshua Kerievsky enchaîne sur le deuxième principe en indiquant que « Rendre les gens fantastiques » n’est pas possible tant que  ceux-ci ne sont pas en sécurité. Il indique que, par nature, la sécurité est un besoin humain fondamental, une clé vers la performance.  Ainsi, selon Modern Agile, « Faire de la sécurité un prérequis » met en avant les questions de qualité et de sécurité comme un «ingrédient fondamental de succès».

« Faire de la sécurité un prérequis » signifie d’une part établir la sécurité avant de s’engager dans un travail potentiellement risqué. Pa exemple, dans l’industrie, si la sécurité n’est pas améliorée après chaque accident ou presqu’accident, l’excellence est plus difficile à atteindre.

Joshua Kerievsky adresse également la notion de peur et de blâme à cette réflexion sur la sécurité. Il rappelle que très souvent dans les organisations classiques, la peur de l’échec et surtout du blâme tend à étouffer l’efficacité des équipes. Sous le principe Modern Agile, tout le monde travaille ensemble pour résoudre des problèmes en équipe et cet environnement plus « sûr » conduit à un niveau de qualité globalement supérieur dans la livraison de logiciels.

« Faire de la sécurité une condition préalable » exige que nos collaborateurs, nos produits et nos services soient sécuritaires. Finalement, dans tous nos projets, ne nous efforçons-nous pas de protéger le temps, l’argent, la santé, l’information et les relations humaines ?

Dans un contexte de management, ce principe pourrait également se traduire par « Installer de la confiance et de la bienveillance ».

Principe 3 : Expérimenter et apprendre rapidement

Icon - Experiment and Learn Rapidly« Echouer rapidement et en toute sécurité » a fait partie intégrante du succès de Paul MacCready, père du Gossamer Condor (premier avion à énergie musculaire) et considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands ingénieurs du 20ème siècle. Expérimenter et apprendre rapidement est un principe directeur du Modern Agile car il nous protège du gaspillage de temps et nous aide à découvrir le succès plus rapidement. Le concept est de rendre nos expériences « sûres à l’échec » et de cette manière de ne pas avoir peur d’en conduire plus.

« Expérimenter et apprendre rapidement » transforme ainsi l’élimination de la peur de l’échec en un système où l’expérimentation et l’apprentissage sont mis en avant. Cela est particulièrement important compte tenu du rythme rapide de changement dans le monde d’aujourd’hui et de demain. La vitesse est l’essence même de l’expérimentation. Si une expérience ne fonctionne pas, le développeur passe simplement à une autre idée.

Principe 4 : Délivrer de la valeur en continu

Icon - Deliver Value ContinuouslyEn Modern Agile, nous allons nous demander : « Comment pouvons-nous livrer les bonnes fonctionnalités plus rapidement ? ». Pour ce faire, l’approche consiste à mettre en évidence des incréments plus petits pouvant être déployés quasi-instantanément  en toute sécurité.

En effet, livrer de la valeur en continu est un bon moyen pour expérimenter et apprendre rapidement (Principe 3). Dans le développement logiciel, le processus de déploiement sûr et continu permet d’atténuer le stress en rendant la livraison plus simple, presque ennuyeuse et quasi-automatisée. Bien sûr la sécurité complète n’est possible que lorsque vous pouvez effectuer rapidement et simplement des livraisons et des roll-backs.

« Délivrer de la valeur en continu » est ainsi très pertinent pour les entreprises disposant d’un programme de livraison continue. L’accent est alors mis sur la valeur qui est mise à disposition du client aussi rapidement que possible. Et les trois autres principes Modern Agile se combinent pour rendre ce principe final possible.

Conclusion

Pour Joshua Kerievsky, ces 4 principes ont pour but de clarifier nos objectifs et nous guider vers une meilleure gestion des risques, une plus grande efficacité,  une empathie accrue et une réduction du travail pour atteindre un résultat durable.

Une autre interprétation pourrait être la suivante : « Modern Agile a pour objectif de faire grandir les gens. Pour cela, il faut installer confiance et bienveillance, on peut alors expérimenter régulièrement et apprendre vite afin d’apporter de la valeur en continu. » (Eric Siber, dans son article proposant de nouvelles déclinaisons francophones)

Modern Agile reste un concept nouveau et les opinions de la communauté sont variées. Certains pensent qu’il s’agit d’un nouveau buzz word et d’autres l’accueillent comme une bouffée d’oxygène venant booster le mouvement AGILE global.

De mon côté, je constate que les quatre principes énoncés ne sont pas si novateurs. Ils existent et sont approchés le plus souvent de manière isolés. Le fait de les mettre côte à côte permet de mieux comprendre leurs liens et la force que leur mise en œuvre conjointe peut apporter.

Modern Agile, comme Holocracy, Management 3.0 et les autres vagues, décline plus ou moins profondément le Manifeste Agile et ses principes, et tente d’apporter de nouvelles touches à adapter au contexte de chacun. À chaque organisation d’en tirer le meilleur et de garder en mémoire qu’au-delà du « doing Agile » et du nom de la dernière vague, c’est le « being Agile » – l’état d’esprit qui est le plus important !

About peggy.tarillon

Mail User
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*