Retour sur DevOps REX

Le 28 novembre dernier se tenait la conférence DevOps REX au Grand Rex à Paris. Digne héritière des précédents DevOpsDays Paris 2013 & 2015, cette édition était centrée autour de Retours d’Expériences. DevOps REX en quelques chiffres c’était :

  • 400 Participants ;
  • 16 Sponsors ;
  • 9 Conférences ;
  • 1 Lieu d’échange : l’espace social.
devopsRex

Une journée complète consacrée à des REX francophones : un pari osé !

 

DevOps : un seul mot, des définitions différentes mais une vision partagée

DevOps est certainement l’un des termes les plus en vogue dans notre métier ces dernières années. Pour certains il s’agit de pratiques réservées au monde des startups, des géants du Web. Pour d’autres, ce n’est qu’une tendance passagère ou un ensemble d’outils. Malheureusement, il reste encore beaucoup de mythes autour de DevOps. Cette conférence n’a pas pour but de démystifier tout ça. D’autres l’ont fait avant et il existe désormais une bibliographie assez complète autour du sujet.

Nous entendons beaucoup de success-stories liées à DevOps. Nous souhaitons tous tirer les bénéfices d’une telle approche sans savoir réellement ce que c’est ni vraiment par où commencer. DevOps REX se consacre aux témoignages et met en avant des exemples concrets de mise en place au sein de grandes structures comme Microsoft, Orange et la Société Générale. Grâce à leurs retours, les speakers nous ouvrent la voie en partageant à la fois leurs succès et leurs échecs.

Comment définir DevOps ?

Grâce à l’acronyme mettant en lumière ses valeurs fondamentales :

C A (L) M S

pour Culture, Automation, Measurement, Sharing et bien entendu le dernier arrivé : Lean.

DevOps est un mouvement visant à aligner le SI sur les besoins de l’entreprise. Autrement dit, l’objectif premier est de délivrer de la valeur. Durant cette journée deux sujets ont été soulignés à plusieurs reprises et ont retenu mon attention. Vous les retrouverez ci-dessous.

Une approche Top-Down & Bottom-Up

L’attente est souvent forte du côté des développeurs vis à vis de DevOps et une certaine frustration peut naitre dans les équipes lorsqu’elle ne fait pas écho dans le reste de l’organisation.

Une telle transformation nécessite avant tout un engagement de la direction. Cela démarre par une prise de conscience sur les besoins et les raisons d’une telle démarche. Elle doit ensuite être accompagnée d’un sponsoring fort puis matérialisée par une prise de décision de manière formelle et présente à tous les niveaux.

Une approche « bottom-up » sans soutien du management ne suffit pas et une approche « top-down » sans réalité du terrain non plus. Il est nécessaire d’avoir les deux. Cette double pression maximisera les chances de réussites.

L’importance de la mesure

Le monitoring classique revient souvent à prendre le pouls d’une application pour connaitre son état au présent ou rapporter ce qu’il s’est passé jusqu’ici (regard vers le passé). Ce n’est pas seulement de reporting dont nous avons besoin mais de feedback rapide : comprendre ce qu’il se passe pour anticiper le futur et piloter ! Il faut donc :

  1. Récolter un maximum d’informations car toutes les problématiques ne sont pas connues à l’avance ;
  2. Diffuser l’accès à ces informations et notamment à ceux qui en ont besoin pour prendre des décisions ;
  3. Penser mesure et métrologie dès la conception.

Il est nécessaire d’intégrer au plus tôt ces besoins dans l’écriture des User Stories en mettant dans la boucle tous les acteurs concernés. Par exemple : les équipes de support sauront mieux que personne indiquer les indicateurs dont elles ont besoin pour assurer le support d’une fonctionnalité.

Pour garantir un certain niveau de qualité, il faut mettre en place les outils et les mesures adéquates. Ces métriques permettent de définir les pistes d’amélioration et interviennent à différents niveaux :

  • L’organisation : pour définir sa stratégie (Lead-time, WIP, fréquence des livraisons, …)
  • La chaîne de production logicielle : pour évaluer la vélocité des développements, la dette technique.
  • La qualité du service (disponibilité, performance, fiabilité, …)
  • L’usage des outils  : pour mesurer l’adéquation entre le produit et les attentes des utilisateurs

Pour conclure, DevOps est surtout un état d’esprit plutôt qu’une suite d’outils.

Envie d’en savoir plus ? Je vous invite à (re)voir les conférences sur la chaine youtube de DevOps Rex ! 😉

About mathieu.leclaire

Mail User
This entry was posted in conférence and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*